Lésion cérébrale clairement expliquée

Chaque «mot / chaque phrase de cette petite page en français » a sa propre page sur notre site Hersenletsel-uitleg.nl. Certaines parties de ce site néerlandais ont été traduites en anglais. Sur cette page, nous ne présentons qu'un résumé des effets d'une lésion cérébrale, des effets et de trop nombreux stimuli sensoriels.


Utilisez un logiciel de traduction pour pouvoir tout lire!
(Voir ce lien)... Toutes les causes et conséquences ainsi que les symptômes possibles par zone du cerveau sont disponibles sur notre site web.
Notre site en néerlandais a été partiellement traduit en anglais: Brain Injury Explanation.

Il n'y a pas une lésion cérébrale égale à une autre!

Les conséquences sont différentes pour tout le monde.
Certains ont un symptôme, d'autres plusieurs. Leur expression peut varier considérablement dans le temp.

français

Lésion cérébrale - Informations générales - Conséquences

1. Différents types de plaintes peuvent survenir après une lésion cérébrale. Ces séquelles peuvent être de nature très variée. Chaque blessure est différente.


Les symptômes qui apparaissent dépendent de divers facteurs, tels que la nature et la gravité de la lésion cérébrale. Des facteurs tels que l'âge et la situation sociale d'une personne peuvent également jouer un rôle. Il est parfois difficile de prédire quand et pourquoi une personne présentera certains symptômes et combien de temps elle persistera.

Personne ne reçoit de manuel avec la lésion cérébrale qui va être source des troubles.



Les gens ne les éprouvent que par essais et erreurs.
Pas d'itinéraire, pas de GPS dans votre nouvelle vie avec votre cerveau.

Cela ressemble à un gros casse-tête que vous devez résoudre.

Ils ne peuvent pas faire le lien entre certains symptômes et des lésions cérébrales car ils ont déjà oublié l'accident.

 

2. Mobilité : être capable de mettre en œuvre, coordonner et planifier des mouvements.
Problèmes pouvant survenir :

  • Hémiplégie  (une paralysie qui touche la moitié droite ou gauche du corps). Chaque moitié du cerveau (hémisphère cérébral) contrôle la moitié du corps de l'autre côté. Ceci s'appelle controlatéral. La paralysie se situe de l’autre côté de la blessure, l'exception des blessures du petit cerveau (le cervelet.  l’exception les blessures de celle du petit cerveau) donc, une hémiplégie droite implique une blessure dans la partie gauche du cerveau et, inversement, une hémiplégie gauche concerne la partie droite du cerveau.

Le côté gauche du cervelet contrôle la moitié gauche du corps et, inversement, le côté droit contrôle la moitié droite du corps. Ceci est appelé ipsilatéral.

  • Perte de force (hémiparésie)
  • Crampes dans les membres
  • Spasticité
  • Troubles du mouvement (inertie motrice, immobilité, coordination et équilibre)
  • Trouble de la proprioception (sens de la position - comment votre corps ou partie du corps est par rapport à quelque chose)
  • Ataxie - Trouble de la coordination
  • Apraxie; difficulté à planifier et à exécuter les mouvements
  • Dysphagie /

3. Sensoriel : Ce sont des troubles qui affectent la vision, l'ouïe, le toucher, le goût et l'odorat.
Problèmes pouvant survenir:

  • Entendre trop ou trop fort; hyperacousie et surstimulation sonore.
  • Troubles de la température; Quelqu'un ne peut plus sentir la différence entre (plus) chaud ou (plus) froid. La température corporelle ne peut plus être contrôlée correctement ou il y a une intolérance à la chaleur.
  • Troubles du toucher
  • Négligence (négligence hémispatiale) : ne pas percevoir les parties (du corps), ne pas avoir conscience de celles-ci

  • Agnosie ; difficulté à reconnaître des visages, objets ou sons
  • Stimulation des sens
  • Surdité soudaine
  • Conséquences visuelles pour une lésion cérébrale:
  • Hémianopsie; champ de vision
  • CVI cerebral visual impairment (troubles neurovisuels) - troubles de la vision cérébrale ; quelqu'un voit alternativement net et flou et n'enregistre pas tout ce qu'il voit.
  • La prosopagnosie ; ne pas reconnaître les visages

4. Communication:
Problèmes pouvant survenir:


Les problèmes de communication peuvent se manifester de différentes manières.

Ainsi , il peut être difficile de suivre quelqu'un qui parle très rapidement.

Par exemple, certaines personnes ont du mal à parler et formuler des mots, tandis que d'autres ont du mal à comprendre le langage.

Des problèmes cognitifs tels que le "traitement différé de l'information" peuvent également causer des problèmes de communication. Ainsi , il peut être difficile de suivre quelqu'un qui parle très rapidement.

  • Aphasie, dysarthrique et apraxie de la parole (difficulté à parler, comprendre, entendre, comprendre littéralement. des troubles du langage, de la parole et de l'articulation)
  • Être facilement distrait ou incapable de se souvenir de ce que quelqu'un d'autre a dit
  • Fatigue : trop fatiguée pour enregistrer des informations
  • Difficultés dans un environnement chargé (bruit et mouvements)
  • Quelqu'un peut ne pas remarquer les différentes intonations, les émotions ou ne peut pas montrer les émotions
  • Surdité due à une lésion cérébrale
  • Ne pas être en mesure de passer rapidement d'un sujet à un autre. Par exemple, dans le cas d'un appel téléphonique inattendu, incapable de passer de ses propres pensées au sujet de l'appelant. De nombreuses personnes blessées trouvent donc que les appels inattendus ne sont pas agréables.

5. Cognitif:
Problèmes pouvant survenir:

Par cognition, nous entendons des processus nécessaires pour pouvoir penser. La cognition comprend de nombreuses fonctions différentes. Quelques exemples sont la mémorisation d'informations, les compétences d'apprentissage et l'attention. Nous avons besoin de fonctions cognitives dans presque tout ce que nous faisons au quotidien.

  • Mémoire.
  • Attention et concentration.
  • Dysfonctionnement exécutif; par exemple, planification, mémoire de travail, régulation des émotions, maintien de l'attention
  • Négligence (négligence hémispatiale) : (Parties du) corps non perçu(es), ignoré(es)
  • Désorientation ; changement de conscience de la personne, du temps et / ou du lieu.
  • La prosopagnosie ;  ne plus pouvoir reconnaître les visages
  • Prise de conscience du temps, ne pas pouvoir estimer correctement l'heure ou ne pas savoir quelle partie de la journée on est.
  • Traitement retardé de l'information 
  • Persévérant ; ne pas pouvoir arrêter avec une pensée, une action, un mouvement, parler, ou être coincé dans une certaine émotion.
  • Difficulté à exprimer et à comprendre le langage (voir aussi communication).
  • Surstimulation ; la surstimulation peut aussi se manifester sur le plan cognitif, cependant il s'agit d'une conséquence neurologique (sensorielle) d'une lésion cérébrale.
 

6. Émotionnel:
Problèmes pouvant survenir:

Les changements émotionnels peuvent d’une part être une conséquence directe d’une lésion cérébrale. D'autre part, les troubles émotionnelles sont également causées par l'impact traumatique d'une lésion cérébrale.
L'impact émotionnel de l'expérience de limitations résultant d'une lésion cérébrale peut également contribuer à des changements dans les émotions. Chaque lésion cérébrale diffère. Les changements de caractère négatifs ne se produisent pas chez toutes les personnes cérébrolésées. Il 'n'y a pas de change nécessairement de caractère (!).


Certaines personnes blessées cérèbral deviennent plus douces.

  • Apathie (réduction de l'initiative / distorsion émotionnelle)
  • Irritabilité (irritation / éclats de colère / agression)
  • Les changements d'humeur, le risque de dépression est accru chez les personnes atteintes de lésions cérébrales. La tristesse est également commune.
  • Comportement sans tabou
  • Changement de libido
  • Diminution du décorum; ne plus sentir si quelque chose est approprié à dire
  • Comportement de recherche de risque
  • Rires forcés / pleurs PBA
  • Les larmes qui coulent rapidement
  • Augmentation de la sensibilité émotionnelle, plus rapidement émotionnelle
  • Traits plus doux qu'avant la blessure, plus amical
  • Être honnête /Plus juste
  • Déclin de l'empathie/ être plus empathique
  • Changement du sens de l'humour ou prise littérale du langage
  • Difficulté à mettre les choses en perspective
  • Conscience altérée de la maladie / aperçu de la maladie / vision réduite de ce qui est vraiment impossible
  • Egocentricité dans tous les grades
  • Changements de personnalité
  • État de stress post-traumatique
  • Diminution de la résistance au stress
  • Intimité / sexualité changée
  • Relations modifiées
  • Amitiés changées

7. Autres troubles physiques:

Parfois, une lésion cérébrale entraîne l'apparition d'autres troubles physiques spécifiques. Ci-dessous un certain nombre de plaintes qui peuvent survenir après une lésion cérébrale.

 

  • L'épilepsie
  • Coma et tombe en conscience
  • Haute pression cérébrale, œdème cérébral
  • Troubles du sommeil (insomnie ou besoin accru de sommeil ou apnée causée par une lésion cérébrale)
  • Troubles de la fonction de la vessie et des intestins (incontinence)
  • Trouble de la déglutition (dysphagie)
  • Mal de tête

8. Général:


Parfois, les plaintes rencontrées sont très générales et ne peuvent pas être catégorisées avec précision. Ces plaintes peuvent affecter indirectement bon nombre des fonctions spécifiques mentionnées ci-dessus et avoir ainsi un impact majeur sur la vie quotidienne d'une personne.

  • Fatigue organique sévère (neurofatigue)
  • Surcharge des sens et de la cognition due à trop d'informations / d'incitations.
    Nous avons trouvé des indices sur l’origine de la surstimulation et l’avons enregistrée dans une étude à paraître.

 

9. Surstimulation /surcharge .... (trouble du traitement de l'information sensorielle)*


La surstimulation/ surcharge est l'une des plaintes les plus courantes après une lésion cérébrale. La sursurtimulation /surcharge signifie que le cerveau ne peut pas filtrer correctement les stimuli environnementaux ou transmettre suffisamment rapidement. Ces incitations peuvent être de nature différente. Par exemple, ces stimuli peuvent être de nature sensorielle, tels que voir beaucoup de détails et entendre les sons.

D'autres exemples d'incitations sont nos propres pensées ou la pensée dans des tâches complexes. Bien que la surcharge /surstimulation soit fréquente, de nombreux patients constatent qu’il est difficile de faire reconnaître et comprendre les plaintes de stimulation par les médecins, la famille, les amis et le travail.

Une raison possible à cela est qu’on ne sait pas quelle est la cause de la surcharge/ surstimulation. Par exemple, dans la plupart des cas de surcharge/ surstimulation, il n’ya rien à voir sur un scanner cérébral. Cela signifie une surcharge/ surstimulation si une plainte est moins bien comprise et qu'il existe peu ou pas de traitements.

(ceci est soumis à une législation stricte sur le droit d'auteur *)

La surtimulation est une situation épuisante d’origine neurologique qui se produit lorsque le cerveau reçoit plus d’informations (sous forme de stimuli) qu’il n’est en mesure de traiter. Un stimulus est une information que nous recevons de nos sens; voir, entendre, sentir, goûter, ressentir (stimuli externes) ou à travers nos pensées ou notre corps (stimuli internes). La proprioception ou le sens de la position / le sens de la posture peuvent également être surexcités *. La proprioception est la capacité de tracer la position de notre propre corps et de nos parties du corps.


Il existe différents noms pour le problème de la surcharge sensorielle. La surtimulation, l'inondation des sens ou la surcharge sensorielle sont tous des problèmes qui soulignent un problème grave et sous-estimé. Il s'agit d'un résultat invisible chronique ou invalidant ou d'une lésion cérébrale. Non comparable à l'hyperacousie. Parfois, il y a des images mélangées *. La surcharge sensorielle est une conséquence, mais en fait c'est une maladie en soi. En cas de lésion cérébrale, quelque chose est définitivement endommagé dans le cerveau. Si, au bout de deux ans après la blessure, la surcharge sensorielle n’a pas diminué, le pronostic est malheureusement que l’on doit apprendre à vivre avec ... [* source: nos questionnaires; considérez ceci comme un copyright]

La surtimulation est fréquente chez les personnes atteintes de lésions cérébrales, de coups de fouet cervicaux, de ME, d'autres troubles neurodégénératifs et chez les personnes dont l'hypophyse ne fonctionne pas correctement.

Où dans les cerveaux?
Les structures cérébrales impliquées dans la surstimulation sont toutes des structures neuronales qui captent un stimulus et le traitent du sens à la cognition (perception, réflexion et mémorisation). C'est-à-dire de la station de départ à la station d'arrivée. De plus, l'amygdale, le tronc cérébral, l'hypophyse et le thalamus sont le plus souvent associés au traitement des stimuli, car ces structures reçoivent, filtrent et codent les stimuli en termes d'importance. Mais aussi le cortex cérébral ou le lobe frontal et les neurotransmetteurs jouent un rôle dans l'atténuation des stimuli dans un cerveau en bonne santé.


Quels sont les symptômes de l'hyperstimulation?
Ce que nous avons trouvé dans les résultats de notre enquête (2016):

Les symptômes de stimulation excessive vont de l’inconfort léger - aux maux de tête. * douleur aux yeux *, les oreilles * et la peau *, les nausées *, les vomissements *, l’épuisement * jusqu’à l'apparition de symptômes de paralysie temporaire *. En bref: un système surchargé et une source de stress * et de maladie physique *.

De nombreuses personnes sont obligées de réduire leurs contacts sociaux et de s'isoler *. La vie isolée est le seul moyen d'éviter une stimulation excessive *.
De nombreuses victimes de lésions cérébrales sont dans un état d'épuisement constant en raison d'une surstimulation chronique*, qui peut difficilement être entraînée * par des stratégies de repos et de pause *.  (les stratégies de repos et de repos étant peu susceptibles d’aider.*)  Une aggravation temporaire ou, par exemple, une paralysie du côté affecté *, par exemple au niveau du visage *, des bras * ou des jambes * difficulté à parler/ difficulté à articuler * sont courants. Des personnes sont décédées des suites d'un épuisement chronique causé par une stimulation excessive *. La surtimulation ne doit pas être sous-estimée!


Avec le stress continué causé par une surstimulation permanente, le corps produit en permanence des hormones de stress, qui peuvent également affecter le système nerveux.
 Cela peut entraîner des problèmes tels que des problèmes d'estomac, un changement du système auto-immunitaire, des maladies cardiovasculaires, un changement de la fonction musculaire, une perturbation du sommeil et des problèmes de sommeil, une dépression, un épuisement ou des troubles anxieux.

 

Nous avons découvert plusieurs plaintes, nos résultats sont disponibles pour la recherche scientifique. [* source: nos questionnaires considèrent cela comme un droit d'auteur] S'il vous plaît contactez-nous si vous pouvez nous aider qu'il peut être publié scientifiquement.

 

Trois catégories de surstimulation

Ce que nous avons trouvé dans les résultats de notre enquête (2016):

  • La forme dans laquelle la limite est immédiatement dépassée. Par exemple, causé par le bruit de fond. Résultat: hyperstimulation immédiate *.    
  • La forme dans laquelle les stimuli s’accumulent (comme un embouteillage) et à un certain moment, ils ne peuvent plus être traités. Ensuite, il y a hyperstimulation *. Par exemple, une personne persévère pendant dix minutes dans une en compagnie de personnes ( comme un anniversaire) mais cela devient trop. Cette personne devrait empêcher que cela se produise en quittant la être en compagnie de personnes dans les dix minutes.   
  • Surstimulation retardée par hyperfocus *. Lorsque les gens s'entraînent sciemment et volontairement «pour pouvoir faire quelque chose», la surstimulation peut frapper impitoyablement. Dans ce cas, la formation a des effets indésirables *. [* source: nos questionnaires considèrent cela comme un droit d'auteur]

    Comment pouvons-nous reconnaître la stimulation excessive?
    Ce que nous avons trouvé dans les résultats de notre enquête (2016):

    Dans notre enquête, les personnes ont indiqué que les symptômes ou l'hyperstimulation varient par personne *, par situation * et par moment *. Cela rend parfois difficile de reconnaître une stimulation excessive à la fois pour l'environnement (la famille et les amis et collègues) et pour la personne impliquée *. La surtimulation fluctue de jour en jour au fur et à mesure que la surcharge est déjà empilée *. Le déclencheur de surstimulation est différent *.

    Notre enquête mentionne les problèmes suivants:
       

    • Fatigue extrême (soudaine) avec récupération prolongée *
    • Mal de tête *
    • Un sentiment qu'il y a une bande  très serré autour de la tête *
    • Pression dans la tête *
    • Incapable de participer à une conversation *
    • Problèmes de recherche de mots - qui peuvent disparaître si la stimulation excessive est terminée * - Discours chancelant qui peut s’éloigner si la stimulation excessive est terminée *
    • Articulation réduite *
    • Difficulté et lenteur dans la pensée*
    • Concentration réduite *
    • Coordination réduite des mouvements *
    • Contact évitant le comportement parce qu'il y a une "surcharge" dans la tête *
    • Détourner le regard et éviter le contact visuel et ne pas pouvoir participer à la conversation pour se protéger des stimuli *
    • Irritation, comportement agressif, être court, hargneux *
    • Devenir plus émotif *
    • Hyperactivité, activité accrue, activité physique *
    • Pleurs, Pleurer de fatigue *
    • Augmentation du rythme cardiaque, respiration accrue ou respiration restreinte *
    • Secousses, raideurs musculaires, risque de chute *
    • Yeux clignotants ou fermés *
    • Nausées ou vomissements *
    • Perte temporaire des muscles du visage *
    • Engourdissement du côté affecté / motricité réduite *
    • Entrer dans une inconscience courte *
    • Totalement épuisé *

    "C’est un grand chaos dans la tête, la tête occupée, derrière les yeux. Je suis extrêmement fatigué. On dirait que ma tête peut éclater à tout moment. Je tombe souvent malade, ma pensée faiblit et je me sens totalement perdue. a déclaré l'un des répondants.

    Il est important de garder à l’esprit que la surstimulation diffère selon les personnes. *

    [* source: nos questionnaires considèrent cela comme un droit d'auteur]

     

    Différentes formes de surstimulation
    Ce que nous avons trouvé dans les résultats de notre enquête (2016):

         1. Surcharge sensorielle
         2. Surtimulation du traitement cognitif de l'information
         3. Stimulation émotionnelle

    1. La surcharge sensorielle sensorielle a été déclenchée par:

    BRUIT / Tonalités

    À une surstimulation par les sons, car le bruit de fond ne peut pas être filtré, avoir une conversation est difficile.

    Dans notre enquête, nous avons appris: l’intolérance pour les sons / bruits de fond *, les tonalités aiguës ou graves *, les voix d’enfants *, les voix féminines hautes *, les sons de couverts *, les cuillères à café qui se touchent dans le verre *, etc. Il existe également des irritations avec les sons rythmiques *, par exemple lorsque vous tapez sur un stylo *.

    Beaucoup de plaintes rappellent ou ressemblent à l'hyperacousie, où le son est souvent perçu comme trop fort, ça fait mal aux oreilles.


    À VOIR

    À la surstimulation visuelle se produit lorsque vous voyez des motifs * ou des couleurs vives *, une pléthore de choses agréables dans la maison *, un morceau de texte sans lignes vierges * ni mouvements *. Voir aussi Conséquences visuelles pour une lésion cérébrale.


    LUMIÈRE

    À une surstimulation due à la lumière se produit, par exemple: réflexion de la lumière *, avec certaines incandescence (halogène / tl) *, le rétroéclairage * ou l’ombre * s’activent. Les tours en voiture sur une route avec de nombreux arbres et un soleil bas derrière les arbres * sont célèbres.

     

    Sentiment / sens du toucher

    Les personnes souffrant d’exercice *, de toucher *, de vibrations *, de basses profondes / bastones *, etc., sont extrêmement excitées. Parfois, une hyperstimulation est ressentie comme une douleur au toucher *.
     

    SENS DE POSITION

    Nous observons la position de notre corps pendant la journée alors que notre corps est connecté au monde qui nous entoure. Dans chaque muscle, tissu conjonctif et conjonctif, il y a de minuscules capteurs (propriocepteurs) qui nous permettent de savoir comment nous nous tenons, assis ou couchés. Chez les personnes atteintes de lésions cérébrales, une stimulation excessive de cette sensation peut provoquer des vertiges * ou une instabilité des jambes *. De cette façon, vous pouvez être surexcité par le mouvement *, la position de la tête * et une impression incertaine de savoir comment vous déplacer dans une pièce *. Les gens l'appellent comme un "le mal de mer".


    ODEUR

    Les odeurs peuvent être causées par une odeur accrue d'odeurs d'aliments, d'odeurs naturelles, d'odeurs corporelles, de parfums et de déodorants *.


    DOULEUR, CHALEUR ET FROID

    La nociception (sensation de douleur) et la thermoception (sensation de chaleur et de froid) sont également des sens qui peuvent être surexcités. Ceux qui ont beaucoup de maux de tête sont plus susceptibles d'être surmenés et surexcités *.


    3 Hyperstimulation émotionnelle

    En soi, on peut se demander si l’inondation émotionnelle fait partie de l’inondation cognitive / de l’hyperstimulation.
    L'hyperstimulation émotionnelle est liée à la vulnérabilité émotionnelle accrue aux lésions cérébrales *. Une fois hyperstimuelé, la personne ne peut souvent plus réguler ses émotions *. Les réactions sont souvent plus émotionnelles et peuvent varier d'une personne à l'autre,- de la fatigue aux pleurs,- en passant par beaucoup de compassion pour quelqu'un, -de la frustration (même envers soi-même),- de la colère ou de l'agressivité.

    Dans les situations émotionnelles de la vie d'une personne, la tasse à mesurer semble être pleine rapidement et les stimuli sensoriels sont moins bien tolérés.


    Pleurer est souvent un soulagement. Pour les personnes avec une hyperstimulation, cela n'a rien à voir avec la tristesse *. Il ne faut pas le confondre avec les pleurs compulsifs ou la labilité émotionnelle.
     

    Une surtimulation ne peut pas toujours être empêchée. Certaines personnes éprouvent une hyperstimulation émotionnelle, dans laquelle leurs propres pensées sont davantage vécues qu'eux-mêmes. Il en va de même pour l'empathie et la compassion pour autrui.


    La surstimulation fonctionne dans trois directions. Le corps, les pensées et les émotions sont plus difficiles à contrôler si trop de stimuli sont venus. Les stimuli s'accumulent *. Si quelqu'un est déjà hyperstimulé, la "Boîte de réception" cognitive se remplira plus rapidement *.

    [* Source: nos questionnaires considèrent cela comme un droit d'auteur]


    Encombrement de la circulation des stimuli
    Si plus de stimuli sont reçus que le cerveau ne peut en traiter, il y a encore beaucoup de stimuli (non traités) dans la congestion. Votre système nerveux est en train de traiter toutes les "informations" entrantes, les sons, les images, les odeurs, les mouvements, les sentiments, les pensées ou tout ce qui est dit. Les personnes atteintes de lésions cérébrales peuvent avoir de gros problèmes de traitement des stimuli. Ils peuvent devenir très malades lors stimulations normales.

    Comparez cela à autant de trafic sur une autoroute normale à quatre voies qui doit soudainement utiliser une autoroute étroite et cahoteuse ... y compris les klaxons et les lumières des automobilistes qui ne veulent pas rester immobiles!


    Résumé des conséquences de l'hyperstimulation *
    Ce que nous avons trouvé dans les résultats de notre enquête (2016):

        
    • Quelqu'un ne peut plus penser*
    • La réponse combat-fuite-et se raidir* - Fight Flight or Freeze*
    • Fatigue extrême *
    • Cercle vicieux de fatigue à fatigue prolongée *
    • Les gens sont morts d'épuisement parce qu'ils se sont hyperstimulés *
    • Troubles physiques dus à une hormone de stress élevé en raison d'un stress persistant dû à une stimulation excessive *
    • Possibilité d'altération du système nerveux, de maladies auto-immunes, de maladies cardiovasculaires, de modifications de la fonction musculaire, de troubles du sommeil et du sommeil, de dépression, de burn-out ou de troubles anxieux.


    [* Source: nos questionnaires considèrent cela comme un droit d'auteur]

    Voulez-vous faire une meilleure traduction que celle que nous avons essayée?
    Voulez-vous faire mieux connaître le problème de la stimulation excessive après une lésion cérébrale dans votre pays?
    S'il vous plaît contactez-nous et aidez-nous avec une bonne traduction. Merci !! Nous ne croyons pas que les mots "surstimulation" et "stimuli / incitations" sont corrects. Peut-être que vous pensez "OUI! Ce n'est pas appelé une stimulation excessive mais ..." Dites-le nous :)
    Si vous voyez une erreur ... Veuillez nous envoyer le paragraphe avec le numéro par courrier électronique, puis la phrase entière qui contenait l'erreur - en noir - puis mettez la phrase corrigée en vert. Ensuite, nous pouvons facilement trouver la mauvaise phrase. :)

    Nous travaillons volontairement sans payer, mais avec le cœur pour des dommages au cerveau.